Stade Progression des symptômes Documentation
1 L'infection a lieu lors d'une exposition à des fluides corporels contaminés par des œufs ou des larves de SCP-940. Si les larves sont trop petites pour être distinguées à l'œil nu, des observations au microscope ont révélé que les œufs font le plus souvent entre 3 et 5 µm de diamètre. À l'état larvaire, seul stade de développement nécessitant des organes pour survivre avant l'intégration d'un hôte, SCP-940 possède des jambes de 7 à 17 µm de diamètre.
Butts.
Culture de cellules sanguines humaines contenant des œufs de parasites
Œufs marqués par les cercles
2 La première larve à éclore commencera à cannibaliser les autres œufs, pour s'assurer qu'une seule larve atteigne l'âge adulte. Les hôtes ressentiront souvent des douleurs abdominales à ce stade. Note : Des cas où plus de cinq larves ont atteint leur maturité dans un même hôte ont été recensés (voir Incident-940-01, Sujet 04), bien que ce phénomène soit rare en raison de la compétition entre les larves et la pression subie par l'organisme de l'hôte.
Butts.
Imagerie par ultrasons de parasites éclos dans la carotide
Larves marquées par des cercles
3 Les larves restantes migrent dans la cage thoracique, s'attachant souvent à une artère majeure, au cœur, à la colonne vertébrale, les jambes orientées vers le dos de l'hôte. Les organes internes de la larve commencent à s'atrophier.
Butts.
Mort par infection critique du cœur
Le sujet est mort à cause d'un AVC causé par la rupture de systèmes vitaux, en corrélation avec la transition au Stade Quatre d'infection
4 La carapace de SCP-940 commence à disparaître tandis que les jambes restent intactes. Le système circulatoire de la larve se relie à celui de l'hôte, tout comme le système nerveux, bien qu'un peu moins. La larve commence alors à produire un certain nombre d'enzymes causant une surproduction d'hormones chez l'hôte, incluant l'hormone de croissance. Les douleurs abdominales précédemment évoquées subsistent. L'hôte est alors sujet à une forte augmentation de l'appétit ainsi qu'un sentiment général de lassitude.
Butts.
IRM d'un parasite dans l'artère abdominale
5 Approximativement trois semaines après l'infection initiale, SCP-940 commence à altérer les niveaux de sérotonine et de dopamine dans le cerveau de l'hôte, créant un sentiment de bien-être constant. Les jambes de la larve, désormais approvisionnées par le sang et les nutriments du système circulatoire de l'hôte, commencent à pénétrer la peau du dos de l'hôte. L'hôte ne rapporte habituellement aucun inconfort et ne s'alarme pas de ce phénomène, réclamant rarement un traitement.
Butts.
Jambe du parasite commençant à percer le dos de l'hôte
6 Approximativement cinq semaines après l'infection initiale, SCP-940 atteint sa taille adulte et sa maturité. Les hôtes gardent le secret sur leur état. Une forme de communication semble s'être installée entre SCP-940 et son hôte ; par exemple, les hôtes semblent avoir une vague conscience de ce qui se passe dans leur dos. Les spécimens de SCP-940 rétractent leurs jambes, permettant à l'hôte de facilement les cacher sous des vêtements. De plus, SCP-940 déclenche une forte hausse du niveau de testostérone, altérant fortement la libido. L'infection de nouveaux hôtes est facilitée à travers le contact avec des fluides corporels contaminés par des œufs de SCP-940 ; ce qui est souvent accompli par rapport sexuel avec une personne infectée.
Butts.
Échantillon de sperme infecté récupéré lors de l'Incident 940-02
Les œufs sont généralement invisibles dans les sécrétions féminines (Voir Rapport 940-01-04 et -05 pour plus d'informations)
7 Tous les individus infectés ayant survécu six semaines sont considérés comme ayant atteint le Stade Sept d'infection. Les infectés Stade Sept rapportent une perte du sentiment d'individualité, un trouble de la vision grandissant pouvant mener à une cécité totale, ainsi qu'un état de catatonie et de catalepsie. La mort est souvent due à un anévrisme causé par une surpression sanguine, une insuffisance cardiaque ou rénale, ou une exsanguination. Les infectés de ce Stade peuvent être repérés à leur étrange suffocation, puisqu'ils tentent d'absorber plus d'oxygène que leurs poumons ne le peuvent. Lorsque l'hôte meurt, SCP-940 continuera de l'animer au moyen de ses membres, le faisant entrer dans un état de transe. À ce stade, SCP-940 tentera de se reproduire et d'infecter des sujets indépendamment de toute discrétion, et ayant souvent recours à des violences sexuelles pour parvenir à ses fins. Cet état peut durer de un à trois jours avant que SCP-940 ne meure.
Butts.
Image de la Brèche de la Zone de Confinement-14
Image Censurée sur ordre d'O5-12